5 mars 2024

Les droits d’auteur sont-ils pris en compte dans le calcul de mon taux d’endettement ?

Les droits d’auteur sont une source de revenus non négligeable pour les personnes qui créent et vendent des œuvres originales. Telles que des livres, des films, de la musique ou encore des logiciels. Pourtant, lorsqu’il est question de calculer son taux d’endettement en vue d’un emprunt bancaire, il n’est pas toujours évident. Notamment, de savoir comment ces revenus particuliers vont être pris en compte.

 

Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Avant de se pencher sur les droits d’auteur, il convient de bien définir ce qu’est le taux d’endettement. Il s’agit d’un indicateur clé qui permet aux banques et organismes de crédit d’évaluer la capacité d’un individu à rembourser un prêt. Le taux d’endettement est exprimé en pourcentage et prend en compte l’ensemble des charges (loyer, crédits en cours, pensions alimentaires, etc.). En effet, que vous devez supporter chaque mois par rapport à vos revenus mensuels nets. Ainsi, plus le taux d’endettement est élevé, moins vous êtes solvable aux yeux des prêteurs.

Note : L’évaluation de la capacité d’emprunt varie selon chaque organisme de crédit. Donc, il est donc utile de consulter plusieurs sources financières telles que Solutis.fr pour obtenir des informations spécifiques sur les différents types de crédits proposés.

 

Droits d’auteur : qu’en est-il dans le calcul du taux d’endettement ?

Le principal enjeu lorsqu’il s’agit d’intégrer les droits d’auteur dans le calcul du taux d’endettement est leur caractère irrégulier et imprévisible. En effet, contrairement à un salaire fixe qui est versé tous les mois, les revenus issus des droits d’auteur peuvent varier significativement d’une période à l’autre. Cela s’explique notamment par la fluctuation des ventes, la durée de vie des œuvres concernées. Ou encore la répartition des royalties entre les différentes parties prenantes.

Cette instabilité des revenus liés aux droits d’auteur rend le calcul du taux d’endettement plus complexe. Contrairement à une personne disposant uniquement de salaires fixes. Les banques ont souvent tendance à être méfiantes face à cette irrégularité des revenus, car elle peut limiter la capacité de remboursement de l’emprunteur sur le long terme.

La question se pose donc de savoir si les droits d’auteurs doivent être pris en compte dans le calcul du taux d’endettement ? Ou s’ils sont considérés comme de simples compléments de revenus occasionnels. La réponse va dépendre de la situation individuelle et professionnelle. En effet, certains créateurs peuvent tirer l’essentiel de leurs revenus des droits d’auteur (par exemple un écrivain à succès). Tandis que d’autres ne perçoivent ces sommes qu’épisodiquement.

 

Comment intégrer les droits d’auteur dans votre taux d’endettement

Même si les banques ont tendance à être réticentes face aux variations de revenus. Il est toutefois possible de les intégrer dans le calcul de votre taux d’endettement. D’abord, pour rassurer les prêteurs, pensez à fournir une moyenne annuelle de vos droits d’auteur sur plusieurs années (idéalement 3 ans minimum). Cela permettra de donner une vision plus claire et stable de vos revenus issus de cette source.

Ensuite, lors du calcul de votre taux d’endettement, pensez également à inclure tous les éléments qui viennent en déduction de vos revenus. Tels que les frais professionnels liés à votre activité de création, mais aussi d’autres avantages fiscaux indemnisables. Puis, pour éviter toute erreur ou incompréhension lors de l’élaboration de votre dossier d’emprunt, il peut être utile de consulter un conseiller financier spécialisé. Celui-ci saura vous orienter sur les meilleures démarches à suivre et les critères à prendre en compte dans le calcul de votre taux d’endettement.

 

Conclusion

En conclusion, malgré leur nature fluctuante, les droits d’auteur peuvent être intégrés au calcul du taux d’endettement. D’abord, en fournissant une moyenne annuelle sur plusieurs années, vous clarifierez vos revenus pour les prêteurs. Ensuite, n’oubliez pas de déduire les frais professionnels et de considérer les avantages fiscaux. En effet, en augmentant ainsi la précision de votre dossier. Enfin, la consultation d’un conseiller financier se révèle judicieuse pour une démarche optimisée. En effet, malgré quelques défis, vos droits d’auteur contribueront efficacement à l’évaluation de votre capacité d’emprunt. Ainsi, ouvrant la porte à de nouvelles opportunités financières.

Dans cet article :
Partagez sur vos réseaux sociaux :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram

Articles similaires